François DE WENDEL

François de WENDEL (1874-1949) Photo Ass. Nat. Biographie abbrégée (2003) François DE WENDEL : Un grand patron et un grand Français, par Paul DURAND (1949) François DE WENDEL, Ingénieur Civil des Mines, Maître de Forges (1949) François DE WENDEL dans la vie politique, économique et sociale, par Marcel GROSDIDIER DE MATONS (1939) Né le 5/5/1874 à PARIS ; décédé le 12/9/1949 à PARIS. Fils de Henri de Wendel (1844-1906), industriel, et de son épouse née Berthe CORBEL-CORBEAU de VAULSERRE (famille de Savoie anoblie en 1667), décédée en 1918 (le président et le sec. général de l'association des anciens élèves de l'Ecole des mines assistaient aux obsèques le 10/10/1918 à l'Eglise de la Trinité). Arrière-petit-fils de François de WENDEL (1778-1825) qui acheta les biens familiaux confisqués sous la Révolution. Descendant de Jean-Martin Wendel qui avait acheté en 1704 les forges de Hayange et fut anobli par le duc Léopold de Lorraine. Frère de Humbert de Wendel (1876-1954) et de Maurice de Wendel (1879-1961). Marié à Odette HUMANN en 1905 (c'est la fille de l'amiral Humann dont le nom est lié à la conquête du Tonkin ; elle fera de nombreux pélerinages à Lourdes). La mère de Odette, née BOUTILHIER-CHAVIGNY, meurt début 1925. Enfants : Marguerite épouse en 1926 le comte Emmanuel de Mitry; elle est la mère de Yolande, née en 1929 ; Odile épouse le 8/4/1929 le comte Geoffroy de Montalembert; Isabelle (née en 1920) ; Henri (1913-1982), ingénieur de l'Ecole Centrale, qui présidera "De Wendel" ainsi que "Wendel-Sidelor" et Sacilor, et qui aura de son mariage avec Galliane Haudry de Saucy 4 enfants dont Florence qui épousa Renaud Abord de Chatillon (né en 1951 ; X 1969, corps des mines) ; Renée épouse le baron Jean Seillière le 25/2/1926. François de Wendel, élève de l'Ecole des Mines de Paris (C) Photo collections ENSMP Ingénieur civil des mines (promotion 1896 de l'Ecole des Mines de Paris), sorti 11ème sur 33 de sa promotion. Député (Meurthe et Moselle) de 1914 à 1933. Sénateur (Meurthe et Moselle) de 1933 à 1941. Il émigre en 1891 pour éviter le service militaire allemand et termine ses études à Paris dans un lycée jésuite. Après sa sortie des Mines en 1899, il fait un voyage aux U.S.A. jusqu'en 1901, consacré à l'étude de la sidérurgie. Après la mort de Charles de Wendel (1870), les affaires familiales sont dirigées pas Henri et avec Robert de Wendel, et le baron de Gargan (un descendant de Théodore-Charles-Joseph de Gargan). C'est donc avec eux que François de Wendel travailla d'abord. Au cours de sa jeunesse, entre Paris et Hayange, il baigne dans un milieu durement touché par l'annexion à l'Allemagne, et qui croit à un retour prochain de l'Alsace et de la Lorraine à la France. Il obtient à 18 ans le permis d'émigration qui lui permet de poursuivre ses études en France, mais lui interdit le retour en zone lorraine allemande. Il fait son service militaire à Chartres en 1896, juste après sa sortie de l'Ecole des Mines de Paris. En 1903, suite à la mort de Robert de Wendel, il est nommé gérant de la société "les petits-fils de François de Wendel et Cie" (la partie allemande des établissements de Wendel, autour de Hayange, société créée sous cette forme par Mme François de Wendel née de Fischer, grand-mère de Henri et Robert) et de la société "de Wendel et Cie" (partie française, autour de Joeuf). Il dirigea ces sociétés jusqu'à sa mort, poursuivant ainsi la tradition de ses ancêtres qui exploitaient les forges de Hayange depuis 1704. Il fut également président du comité des forges de France de 1918 jusqu'à sa dissolution par le gouvernement de Vichy en 1940, et régent de la Banque de France (où son influence est négligeable). Il put prendre le contrôle de différentes mines, notamment en Rhénanie et Westphalie et dans le Limbourg hollandais, et d'entreprises métallurgiques, après la première guerre mondiale. Contre l'avis de la famille de Wendel (et notamment de son frère cadet Humbert), très discrète en politique, François se lance très tôt en politique. Il prenait ainsi certainement un risque considérable à une époque où les biens familiaux étaient répartis entre la Lorraine française et la Lorraine allemande. En 1892, François de Wendel avait choisi de se faire naturaliser français, suivi par ses frères mais le père est resté allemand. Le cousin Charles a pris la nationalité allemande en 1905 et se fit élire au Reichstag (il reprit la nationalité française vers 1912). Dès 1900, François de Wendel était conseiller général de Briey. Il n'arrive pas à se faire élire député en 1906 face à Albert Lebrun. En 1914, il se présenta à Briey aux élections de l'Assemblée nationale, et fut élu contre Grandjean par 4420 voix sur 8154 votants. Il se fait ensuite réélire sur la liste d'entente républicaine et d'action sociale, avec Albert Lebrun. Il est constamment réélu. A l'Assemblée Nationale, il appartient à plusieurs commissions : mines, assurance et prévoyance sociale, affaires étrangères. A partir de 1919, il est membre du comité consultatif des mines. En 1933, il se fait élire au Sénat (premier tour) en remplacement d'Albert Lebrun qui était devenu président de la République. Il y fait partie des commissions des mines, des travaux publics, des armées, des finances, des affaires étrangères. Il refuse de se rendre à l'Assemblée (à Vichy) le 10 juillet 1940 pour voter les pleins pouvoirs à Pétain. Dans les trois dernières années de sa vie, il est écarté de la vie politique et se consacre à la réorganisation de ses grandes affaires. François de WENDEL ne doit pas être confondu avec son cousin Pierre René Guy de Wendel, fils de Robert de Wendel, qui fut député de la Moselle de 1919 à 1927, sénateur de 1927 à 1941, et qui fut également gérant à partir de 1919 de la société "les petits-fils de François de Wendel et Cie" tout en présidant le Conseil général de la Moselle de 1924 à 1936.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×